Communiqué de presse

Quest for Growth business update 31 March 2022

28 avril 2022

Quest for Growth business update 31 mars 2022


Résultats

Quest for Growth a bouclé le premier trimestre de l’exercice sur une perte de 4.055.061 euros. Le rendement sur fonds propres affichait -2,2 %. Cette performance relativement bonne par rapport aux indices boursiers européens, s’explique par la vente fructueuse de la participation dans l’entreprise biotech allemande c-LEcta. L’action Quest for Growth s’est même appréciée de 7,8 % sur les trois premiers mois de l’année pour atteindre un cours de clôture de 8,60 euros le 31 mars 2022. La décote du cours par rapport à la valeur nette d’inventaire est revenue à 17,9 % à la fin du trimestre, par rapport à 25,5 % à la fin de l’exercice 2021.

Assemblée générale

Le 31 mars 2022, l’Assemblée Générale a approuvé le versement d’un dividende brut de 19.045.714 euros. Cela équivaut à un dividende brut de 1,02 euro (net : 1,00 euro) par action ordinaire. Le conseil d’administration a décidé d’offrir aux actionnaires la possibilité de souscrire à une augmentation de capital par apport de leur droit au dividende net via un dividende optionnel. Le prix d’émission a été fixé à 6,00 euros par action ordinaire nouvelle. Le dividende a été payé le 21 avril 2022, moyennant quoi 45 % des droits au dividende (d’une valeur de 8.549.916 euros) ont été convertis en nouvelles actions ordinaires.

Environnement de marché

Après une excellente année boursière 2021, les trois premiers mois de la nouvelle année se sont révélés volatils et ardus. L’indice européen STOXX Europe 600 Net Return a lâché 6,0 %. Le fait que les cours des petites entreprises baissent davantage que ceux des grandes valeurs n’a rien d’inhabituel lors d’une correction boursière. C’est le cas aujourd’hui, et l’indice des petites capitalisations (STOXX Europe Small 200 Net Return) a subi un repli plus important, de 10,5 %. Les bourses américaines ont su quelque peu limiter les dégâts. L’indice S&P 500 exprimé en EUR a lâché à peine 2,0 %, soutenu qu’il était par un dollar en hausse. La cause première des turbulences sur les marchés mondiaux est la poussée inflationniste. Cette inflation historique met les banques centrales du monde sous pression pour qu’elles abandonnent plus rapidement leur politique monétaire expansive. À cela s’est ajoutée l’augmentation des tensions géopolitiques, avec la guerre en Ukraine. Cette dernière pèse surtout sur les cours des entreprises européennes cycliques et à forte intensité énergétique.

Investissements dans des actions cotées

Avec une performance estimée d’environ -7 %, les actions cotées ont bien résisté parmi les indices boursiers européens. Accell s’est distinguée puisqu’après une excellente année boursière 2021, son cours a encore progressé de 20 %. En janvier, la société de capital-investissement américaine KKR a émis une offre de 58 euros par action. Jensen a vu se poursuivre le redressement de la demande de systèmes de lavage industriels. Son action s’est raffermie de 18 %, principalement après la publication de résultats annuels meilleurs que prévu. Enfin, le cours d’Umicore a progressé de 10 %. Après la forte baisse enregistrée à la fin de l’an dernier, les résultats annuels ont convaincu les investisseurs.